Les méthodes de prospective

Les méthodes de prospective développées ces trente dernières années dans le cadre de la chaire de Prospective du Cnam, qui s’inscrivent elles-mêmes dans une histoire qui remonte à la fin des années 60, et les outils associés, sont connues et utilisées dans de nombreux pays à travers le monde. Ils constituent globalement un marqueur fort de l’école française de prospective. Depuis les années 90, la méthode des scénarios s’est progressivement imposée dans les pratiques prospectives.

À partir des années 2000, en France et plus généralement en Europe, les outils très formels, tels que l’analyse structurelle ou l’analyse du jeu des acteurs, ont été plus ou moins délaissés. Inversement, les approches plus qualitatives (ateliers de prospective, analyse morphologique) et les outils d’interrogation d’experts se sont développés. Dans le même temps, deux nouvelles tendances fortes sont apparues : une utilisation de la prospective dans des situations de plus en plus variées, parfois très éloignées de la stratégie (et donc de la prospective stratégique au sens strict) et plus proche de fonctions ou de domaines d’application particuliers ; l’appropriation des méthodes de prospective par les collectivités territoriales et les acteurs qui accompagnent leurs développements (agences d’urbanisme et de développement, cabinets de conseil, experts, etc.).

Ces changements font ressortir quatre caractéristiques de l’évolution de la demande, dont certaines peuvent paraître contradictoires : une place plus grande accordée à la créativité ; la nécessité d’une meilleure appréhension de la complexité de l’environnement dans lequel sont plongées les organisations ; une exigence de durée réduite et de coût moindre (efficience) des démarches engagées ; une articulation avec les projets menés dans/par les organisations.

L’équipe de la chaire est régulièrement sollicitée pour accompagner des réflexions ou des démarches prospectives auprès de différents types d’organisation : entreprises, collectivités territoriales, syndicats, groupes de travail thématiques, etc.

Ces terrains représentent autant d’opportunités qui permettent d’analyser l’évolution des pratiques, de les illustrer dans des contextes variés, et, en retour, de faire évoluer les méthodes et de produire de nouveaux référentiels.

Principales publications relatives à cet axe

  • François Bourse, Régine Monti Tessier, « Le développement commercial d’EDF à l’horizon 2010 : une démarche de prospective stratégique exemplaire », in Philippe Durance (dir.), La prospective stratégique en action. Bilan et perspectives d’une indiscipline intellectuelle, Odile Jacob, 2014, pp. 281-300
  • Pierre Chapuy, « Anticiper collectivement les enjeux du futur : une prospective en filière », in Philippe Durance (dir.), La prospective stratégique en action. Bilan et perspectives d’une indiscipline intellectuelle, Odile Jacob, 2014, pp. 199-211 ; avec Jean- Marc Petat
  • Régine Monti Tessier, « Les ateliers de prospective stratégique », in Philippe Durance (dir.), La prospective stratégique en action. Bilan et perspectives d’une indiscipline intellectuelle, Odile Jacob, 2014, pp. 269-280 ; avec Stéphane André et Michel Godet
  • Philippe Durance, La prospective stratégique, pour les entreprises et les territoires, Dunod, coll. Management Sup, 2e édition, 2011 ; avec Michel Godet
  • Pierre Chapuy, « Collectively foreseeing future issues: Prospective strategy contributes to the Agriculture and Food Systems ‘Futures Studies’ Club », Technological Forecasting and Social Change, 77, 9, 2010, pp. 1540-1545 ; avec Vincent Gros
  • Philippe Durance, « Scenario building: Uses and Abuses », Technological Forecasting and Social Change, 77, 9, 2010, pp. 1488-1492 ; avec Michel Godet
  • Philippe Durance, « Martinique 2025 : prospective pour un développement durable », Territoires 2040, n°2, Datar, La Documentation française, 2010, pp. 79-92 ; avec Marc Mousli
Actualités
Organisé en partenariat avec le Ministère de l’Économie, l’Observatoire de la Compétitivité et le Ministère du Développement durable et...
Les grands défis contemporains, comme la transition écologique, le tournant numérique, la santé ou les migrations trouveront l’essentiel de...
Une étude prospective « Travail Handicap et Entreprises 2025 » conduite par les acteurs de l’emploi apporte des réponses à cette...
Le Conseil de Paris a décidé, en février 2015, de créer une mission d’information et d’évaluation (MIE), sur le thème...
Créée en avril 2009, la délégation à la prospective du Sénat est une structure originale et unique au sein...
« Grand Paris Future Lab » est un programme pédagogique expérimental porté par le Laboratoire Architecture Anthropologie (LAA) de l’École Nationale Supérieure...
Le projet d’appui au système de recherche et de l’innovation (PASRI), financé par l’Union européenne, a l’ambition d’apporter des...
La 5e édition du cycle de prospective créative et collaborative de la Fing, « Questions Numériques » a été consacré aux « Transitions ». Il a permis...
Dans le cadre de l’école doctorale « Concepts et langages » de l’université Paris-Sorbonne, l’équipe de recherche « Rationalités contemporaines », sous la...
Groupama et le Conservatoire national des arts et métiers ont officialisé le 27 mars 2015 la signature d’un contrat...
Créée en 1990, l’association nationale de valorisation interdisciplinaire de la recherche en sciences humaines et sociales auprès des entreprises...
Le Prospective Lab est un programme collaboratif visant à innover dans les pratiques et les méthodes de la prospective...

Toutes les actualites

Culture prospective

Outre l’enseignement et la recherche, le Cnam a une mission fondamentale de diffusion de la culture scientifique et technique. La chaire de Prospective et Développement durable du Cnam participe activement à cette mission par différentes actions relatives à la diffusion de la culture prospective, notamment à travers le Café de la Prospective et le réseau Prospective Lab.


En savoir plus

Les enseignements

Les cours de la chaire de Prospective et Développement durable du Cnam sont dispensés sous la forme d’unités d’enseignement (UE), ouvertes à tous.
Pour y assister, il suffit de s’inscrire aux unités choisies auprès du Centre de formation de Paris.

En savoir plus

> S'inscrire