La prospective au Cnam

À l’origine, la prospective est une pratique fondée en France au milieu des années 50 par un philosophe, Gaston Berger. Alors qu’il est devenu directeur général de l’Enseignement supérieur au ministère de l’Éducation national, Berger constate que les décisions sont trop souvent prises en étant tourné vers le passé, et pas assez vers l’avenir. Il jette alors les bases d’une « anthropologie prospective » (1955).

En 1959, il quitte le ministère et devient, à l’invitation de l’historien Fernand Braudel, directeur d’études à la VIe section de l’École pratique des hautes études (EPHE), la future EHESS. Son projet : faire de la prospective une discipline à part entière.

Comme le dira un peu plus tard Braudel, « cette prospective, science fragile, qu’il avait créée et portée sur les fonds baptismaux, il entendait, ici, dans notre École, en consolider et en améliorer l’ébauche » (1). Mais, ce projet ne se concrétisera jamais. Gaston Berger meurt accidentellement en novembre 1960, quelques mois avant de donner sa leçon inaugurale.

Il faudra attendre plus de vingt ans pour que la prospective trouve une place dans le milieu académique.

La première chaire de prospective est créée au Cnam en 1982, sous l’impulsion du professeur Jacques Lesourne, alors titulaire de la chaire d’économie et de statistique industrielle. Jacques Lesourne a longtemps dirigé la SEMA, société au sein de laquelle ont été élaborées les premières méthodes françaises de prospective, et notamment la méthode des scénarios. Une des équipes s’intéresse plus particulièrement à la prospective dans les entreprises. Elle est dirigée par Michel Godet. Après quelques années passées en tant qu’enseignant associé au Cnam, le professeur Michel Godet est nommé titulaire de la chaire de prospective en 1987. Il la quitte en 2014 pour prendre sa retraite. Le professeur Philippe Durance est nommé titulaire de la nouvelle chaire de prospective du Cnam en 2013.

En trente ans, la chaire de prospective du Cnam a changé trois fois de dénomination. Elle est passée du domaine de la « prospective industrielle » (1982-2008), attestant à sa création de ses relations avec le monde des entreprises, à celui de la « prospective stratégique » (2008-2014), pour rappeler sa nécessaire inscription dans la construction de projets et son rapport formel avec la décision et l’action dans les organisations. Créée en 2012, « la nouvelle de chaire de prospective du Cnam marque une rupture, à la fois de génération et d’époque, avec un intitulé à double entrée, ‘prospective et développement durable’, et l’ambition de mettre en œuvre l’ensemble des missions du Cnam dans ces deux domaines. En établissant un tel lien, elle montre que l’anticipation, dans le respect des valeurs et des principes posés par les fondateurs de la prospective, conduit à une action responsable » (2).

Le Conservatoire est le seul établissement d’enseignement supérieur en France à offrir une formation en prospective qui conduise à un diplôme (master, doctorat). Ces diplômes s’inscrivent dans le domaine des sciences de gestion.

(1) Fernand Braudel, « Gaston Berger (1896-1960) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 16, 1, 1961, p. 210
(2) Philippe Durance, « De l’industrie au développement durable : la prospective en transition », in Philippe Durance (dir.), La prospective stratégique en action, Odile Jacob, 2014, p. 11

Actualités
Organisé en partenariat avec le Ministère de l’Économie, l’Observatoire de la Compétitivité et le Ministère du Développement durable et...
Les grands défis contemporains, comme la transition écologique, le tournant numérique, la santé ou les migrations trouveront l’essentiel de...
Une étude prospective « Travail Handicap et Entreprises 2025 » conduite par les acteurs de l’emploi apporte des réponses à cette...
Le Conseil de Paris a décidé, en février 2015, de créer une mission d’information et d’évaluation (MIE), sur le thème...
Créée en avril 2009, la délégation à la prospective du Sénat est une structure originale et unique au sein...
« Grand Paris Future Lab » est un programme pédagogique expérimental porté par le Laboratoire Architecture Anthropologie (LAA) de l’École Nationale Supérieure...
Le projet d’appui au système de recherche et de l’innovation (PASRI), financé par l’Union européenne, a l’ambition d’apporter des...
La 5e édition du cycle de prospective créative et collaborative de la Fing, « Questions Numériques » a été consacré aux « Transitions ». Il a permis...
Dans le cadre de l’école doctorale « Concepts et langages » de l’université Paris-Sorbonne, l’équipe de recherche « Rationalités contemporaines », sous la...
Groupama et le Conservatoire national des arts et métiers ont officialisé le 27 mars 2015 la signature d’un contrat...
Créée en 1990, l’association nationale de valorisation interdisciplinaire de la recherche en sciences humaines et sociales auprès des entreprises...
Le Prospective Lab est un programme collaboratif visant à innover dans les pratiques et les méthodes de la prospective...

Toutes les actualites

Culture prospective

Outre l’enseignement et la recherche, le Cnam a une mission fondamentale de diffusion de la culture scientifique et technique. La chaire de Prospective et Développement durable du Cnam participe activement à cette mission par différentes actions relatives à la diffusion de la culture prospective, notamment à travers le Café de la Prospective et le réseau Prospective Lab.


En savoir plus
La recherche
La prospective représente un moment important de l’histoire de la pensée française. À ce titre, elle suscite de nombreux travaux qui s’inscrivent dans une perspective historique. Certains de ces travaux ont notamment permis de reconstituer et de publier un ensemble de textes fondateurs ou encore de recueillir des témoignages...
De par ses caractéristiques, la prospective se trouve fréquemment en relation étroite avec d’autres disciplines : géographie, aménagement du territoire, sociologie, sciences politiques, philosophie, etc. Ces nombreuses interactions portent en elle des potentialités importantes dont l’exploitation fait l’objet de cet axe. En savoir plus
La prospective n’est pas vraiment reconnue comme une discipline, mais plutôt comme une pratique. Pourtant, en dehors des méthodes qui l’ancrent effectivement dans la pratique, elle dispose d’une histoire et manipule des concepts ou des objets qui lui sont propres ou qu’elle a empruntés à d’autres disciplines. Elle interagit...
Les méthodes de prospective développées ces trente dernières années dans le cadre de la chaire de Prospective du Cnam, qui s’inscrivent elles-mêmes dans une histoire qui remonte à la fin des années 60, et les outils associés, sont connues et utilisées dans de nombreux pays à travers le monde....

En savoir plus